EDITORIAL, dernières nouvelles

n° 403/404 – novembre-décembre 2019

C’est en allant vers la fin de l’année que cette livraison arrivera… Encore un an d’activités qui cherchent toujours à se diversifier. Les manifestations de rentrée ont plus ou moins motivé les responsables : certains ne craignent pas de chercher de nouveaux horizons, d’autres préfèrent assurer leur mission avec entrain auprès de leurs sociétaires.

La place Bardineau semble avoir trouvé un aspect définitif bien ennobli par le bel immeuble du Muséum qui attire de nombreux visiteurs. En lien avec cette rénovation l’USA espère pouvoir afficher sa présence avec l’Académie Nationale des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Bordeaux par diverses signalisations autorisées par l’administration municipale. Oui, il semble appréciable de faire connaitre par un panneau d’affichage extérieur nos présences et nos programmes. Lors de réunions il est apparu que même notre voisinage proche méconnaît nos activités.

Ce présent Mois scientifique d’Aquitaine permet de rencontrer une jeune association Archimuse avec laquelle la Société archéologique de Bordeaux s’engage pour mieux faire connaitre l’histoire et l’actualité de l’abbaye de La Sauve. Cette coopération permet de toucher un public étudiant ; initiative dont toutes les associations présentes dans l’Hôtel des Sociétés savantes pourraient s’inspirer. Pour un avenir proche elles proposent de mieux connaitre les évolutions de la biodiversité, de l’urbanisme, de l’ornementation, des lointains cratères de sables, des arbres généalogiques et de préparer divers voyages. L’Union scientifique d’Aquitaine programmera bientôt un « parcours du combattant » en suivant les Tirailleurs Grondins durant la guerre de 1870-1871 : préparons nous à partir en 2020 vers les lieux de combats…

 

L’abbaye de la sauve Majeure, investie par Archimuse et la Société archéologique de Bordeaux

Lors d’une réunion du conseil d’administration de la Société archéologique de Bordeaux, le sujet de l’abbaye de La Sauve et l’idée d’un partenariat avec le master Patrimoine et Musées de l’Université Bordeaux Montaigne ont été votés à l’unanimité. Tout aussi rapidement la présence de l’association Archimuse s’est imposée ainsi que les possibilités de publicité par ses groupes internes médiation et documentation. Traditionnellement, les 5 à 7 séances du cours public de la Société archéologique de Bordeaux ont lieu en février et mars, au Musée d’Aquitaine. Ce calendrier prévisionnel a pu aider à envisager un calendrier de réalisation du module pratique partageant la programmation entre les différents interlocuteurs.

L’Union Scientifique d’Aquitaine, en permettant la publication de cette expérience fédératrice se doit de soutenir et d’encourager cette collaboration scientifique.

 

Bonne fin d’année à tous dans la joie des rencontres et des découvertes.

Marie-Hélène MAFFRE
Présidente de l’Union scientifique d’Aquitaine