EDITORIAL, dernières nouvelles

n° 417/418 – mars/avril 2021

Vous n’auriez pas dû avoir à lire cette entame si, faute de candidats spontanés, l’Union scientifique d’Aquitaine n’avait dû faire appel à un de ses anciens présidents pour la diriger. Pour la première fois de son histoire, un ancien président le redevient, pour un an seulement espère-t-il. Il serait bon que, tant au sein des associations la composant qu’au niveau de l’USA, de nouvelles bonnes volontés se manifestassent. Les bénévoles déjà largement impliqués ne peuvent tout faire. En ces temps pesants des sociétés s’adaptent, vont de l’avant, mettent en œuvre de nouvelles manières d’être, tandis que d’autres, frileuses, recroquevillées sur elles-mêmes se contentent de faire le dos rond en attendant que cela passe. À notre sens, ne pas aller au-devant de nouveaux sociétaires en usant des techniques nouvelles pour plus de visibilité et se contenter d’attendre que d’éventuels sociétaires toquent à la porte, ne peut que mener à la disparition. Encore faudrait-il que par leurs réactions elles ne freinent pas au sein du comité directeur les initiatives et propositions que les autres font pour dynamiser l’Union. Comme le dit la formule : « Si vous n’en voulez pas n’en dégoutez pas les autres ». Il serait souhaitable aussi que toutes les sociétés de l’USA participassent à sa vie. L’Union n’est pas un libre-service mais un pot commun.

Jean-Paul CASSE
Président iterum de l’Union scientifique d’Aquitaine